» MONSIEUR L’INSPECTEUR! Faites votre pré-inspection !

Avant de déposer une offre d’achat, ouvrez les yeux ! Trop souvent, les transactions immobilières avortent quand l’inspecteur découvre des problèmes majeurs qui étaient pourtant bien visibles lors des premières visites de la propriété.

Un jour, en visitant une propriété avec ses clients, Karina Maknish insiste pour descendre au sous-sol. Près d’une fenêtre, elle voit le jour à travers la fondation et découvre de l’eau qui s’infiltre et s’accumule au pied des chauffe-eau. « On a vu qu’il y avait un gros travail à faire, alors on est tout de suite passés à autre chose », raconte la courtière.

Comme dans bien d’autres cas, il n’était pas nécessaire de faire appel à un inspecteur en bâtiment pour se rendre compte que les problèmes de la propriété dépassaient ce que les acheteurs potentiels étaient disposés à gérer.

« Le panneau électrique qui est à changer, la plomberie rouillée, les portes et fenêtres à changer, ce sont des choses qu’on peut voir sans se rendre jusqu’à l’inspection. »

— Karina Maknish, courtière immobilière à Via Capitale du Mont-Royal

Même avec peu de connaissances sur le bâtiment, on peut reconnaître une odeur d’humidité, des traces d’eau, des fenêtres désuètes ou des fissures importantes dans la fondation.

À force de suivre de près les inspecteurs en bâtiment et de les questionner pendant les inspections préachat, plusieurs courtiers ont accumulé un important bagage de connaissances techniques. Mais rares sont ceux qui, comme Karina Macknish, insistent dès la première visite pour accéder à un vide sanitaire, examiner la structure et se faire une tête sur l’ampleur des travaux à prévoir.

COUP DE FOUDRE

Trop souvent, les acheteurs potentiels « tombent en amour » avec une propriété. Aveuglés d’enthousiasme, ils ne voient pas tout ce qu’ils auront à réparer. Ils présentent une offre, négocient, confirment le financement, puis prennent contact avec un inspecteur. Pendant l’inspection, ils déchantent. Fallait-il vraiment se rendre jusque-là et payer 600 $ pour découvrir que la pression d’eau est faible, qu’il n’y a aucune ventilation et que les balcons menacent de s’effondrer tellement ils sont pourris ?

Que vous soyez accompagné ou non d’un courtier, voici quelques conseils pour réaliser votre « préinspection ». Quand vous aurez repéré la bonne propriété, ce sera encore plus pertinent d’embaucher un inspecteur en bâtiment, puisque son rôle est justement de trouver les problèmes qui auraient pu vous échapper.

INTÉRIEUR

Examiner les murs et les plafonds, à la recherche de fissures et de traces d’eau.

VENTILATION

Vérifier si la hotte de cuisinière rejette l’air vicié à l’extérieur. Chaque salle de bains devrait avoir un extracteur d’air.

PLOMBERIE

Évaluer la pression d’eau en faisant couler simultanément le bain et le lavabo et en tirant la chasse d’eau.

PORTES ET FENÊTRES

Ouvrir et fermer les portes et fenêtres. Examiner le calfeutrant.

EXTÉRIEUR

Examiner l’état des marches d’escalier et du pontage du balcon ou de la terrasse. Chercher des traces de pourriture et de rouille.

FAÇADE

Le parement (brique, vinyle ou autre) tient-il bien en place ? Repérer les signes d’usure des revêtements.

FONDATIONS

Gratter le béton pour voir s’il s’effrite. Chercher des fissures. À l’intérieur, scruter le bas des fondations à la recherche de traces d’eau.

SOUS-SOL

Les odeurs d’humidité révèlent la présence de moisissure. Scruter le bas des murs et le plafond, à la recherche de traces d’eau ou de taches noires. »
Retrouvez l’article original : http://plus.lapresse.ca/screens/99d9550d-397a-4abc-9320-8af3d1501e7c|_0.html

Par Evelyne Labrosse