» Le ralentissement du marché immobilier continue de se faire sentir au 3e trimestre de 2015 avec des baisses de ventes plus importantes qu’au 2e trimestre.

Conformément au rapport des tendances immobilières du 3e trimestre de JLR, les ventes d’unifamiliales ont diminué de 5,7 % en comparaison à la même période l’année dernière selon les transactions publiées au Registre foncier (incluant les ventes par courtier, entre particuliers et les constructions neuves). Au total, 15 938 unifamiliales ont été vendues au cours de la période. Les ventes de copropriétés ont chuté davantage avec 17 % moins de ventes que l’année dernière pour un total de 6 556 copropriétés transigées.

En ce qui concerne les prix, l’unifamiliale au prix médian s’est vendue 230 000 $, soit un prix 2,7 % plus élevé que l’année dernière. Un certain bémol doit cependant être apporté à cette augmentation de prix puisqu’elle est possiblement due à un changement de composition du marché. En fait, le nombre de ventes dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal a augmenté en proportion par rapport aux nombres de ventes dans le reste du Québec. Or, les propriétés de cette région sont sensiblement plus chères que les autres. Par conséquent, le prix médian de l’ensemble du Québec peut avoir crû parce que des propriétés plus coûteuses ont été vendues et non parce que le prix d’une même propriété a augmenté. Du côté des copropriétés, le prix médian (231 412 $) a diminué de 0,7 % relativement à l’année dernière.

 

La situation est meilleure dans les grandes RMR que dans les petites

Dans les trois plus grandes régions métropolitaines de recensement (RMR) du Québec, le prix médian des unifamiliales a légèrement augmenté contrairement aux 3 autres RMR où il a plutôt baissé. Les ventes ont augmenté seulement à Montréal et encore ici, les baisses de ventes les plus fortes ont été observées dans les 3 plus petites RMR. Malgré les résultats positifs pour le secteur de l’unifamiliale à Montréal, la situation n’est pas que positive dans cette région. Les ventes de copropriétés y ont chuté de 17 % par rapport à l’année dernière.

Propriétés unifamiliales - troisième trimestre de 2015 - JLRPropriétés unifamiliales – troisième trimestre de 2015 – JLR

 

Au final…

Il semble que 2015 sera encore, tout comme l’avait été 2014, une année marquée par l’atterrissage en douceur du marché immobilier. Dans l’ensemble du marché, la tendance est à la baisse du nombre de ventes et à la stagnation des prix. Néanmoins, certaines variations ont été enregistrées selon les régions et les types de propriétés. L’exception la plus flagrante à cette tendance est la vente d’unifamiliales, qui est en croissance dans la région de Montréal.

Une stagnation des prix suggère un lent réajustement de ceux-ci à la baisse, puisqu’en termes réels (une fois l’inflation considérée), une variation nulle de prix est, en fait, une baisse de prix. Selon Statistique Canada, l’inflation était de 1,3 % au cours de la période de 12 mois se terminant en août 2015.

Le taux directeur s’établit depuis juillet à 0,5 %. L’inflation qui se situe près de la limite inférieure de la fourchette cible et la faiblesse de l’économie canadienne ne laissent présager aucune hausse du taux directeur dans un avenir rapproché. Cela devrait par conséquent donner un coup de pouce aux ménages qui ont une importante dette hypothécaire.

Pour septembre, la faible hausse de prix, la hausse du salaire médian hebdomadaire et la baisse des taux d’intérêt par rapport à l’année dernière ont permis une amélioration de l’indice d’accès à la propriété de JLR. Ainsi, l’indice a gagné 1,4 % pour s’établir à 107,8. Rappelons que celui-ci est basé sur le ratio salaire hebdomadaire/paiement hypothécaire type.

Consultez le Radar immobilier pour obtenir plus d’information sur les ventes, les mauvaises créances et le profil sociodémographique de votre secteur. « 
Source: https://www.lesaffaires.com/blogues/joanie-fontaine/bilan-immobilier-3e-trimestre-moins-ventes-quebec-sauf-montreal/582548

Par Evelyne Labrosse